Effets positifs de l’agriculture sur l’environnement

Les civilisations historiques et la vie moderne telle que nous la connaissons n’auraient pas été possibles sans l’agriculture. C’est grâce à la culture d’aliments nutritifs que la structure des sociétés primitives a pu se diversifier et se concentrer sur diverses tâches.

Sans avoir besoin de se déplacer vers de meilleurs terrains de chasse ou de passer du temps sur des quêtes dangereuses après des sources saisonnières de nourriture, les premiers humains ont pu s’installer et utiliser leur énergie pour fabriquer des outils sophistiqués et construire des habitations permanentes.

Au fil du temps, l’agriculture est devenue l’utilisation des terres la plus dominante de la planète, nourrissant une population en plein essor et transformant les habitats naturels de nombreuses espèces.

Que le résultat de ce changement entraîne des conséquences négatives ou positives dépend en grande partie de notre approche. Vous pensez peut-être que cela semble contre-intuitif, mais la gestion durable de nos terres peut éviter de nombreux problèmes auxquels nous sommes actuellement confrontés.

Lorsqu’ils sont bien faits, les agriculteurs pourraient en fait entraîner de nombreux impacts environnementaux positifs de l’agriculture qui pourraient enrichir la biodiversité locale et stimuler les services écosystémiques vitaux.

Comment l’agriculture affecte-t-elle l’environnement de manière positive?

#1 L’agriculture inspire les gens

Les agriculteurs ont façonné et conservé l’aspect unique des zones rurales pendant des millénaires. Les fermes créent une merveilleuse variété de paysages, allant de beaux vergers et vignobles en fleurs aux champs de blé doré.

Et ce ne sont pas seulement les 45,7% de la population mondiale qui vivent à la campagne qui en profitent, mais le reste de la population vivant dans les zones urbaines profite des paysages agricoles comme lieu de renouer avec la nature.

Beau paysage de rizières

De cette façon, l’agriculture encourage les gens à interagir avec la nature de manière positive, les incitant à la conserver.

#2 L’agriculture préserve les écosystèmes

L’agriculture aide à préserver des écosystèmes précieux. Un exemple parfait est l’agriculture extensive de prairies permanentes de plus en plus rares en Roumanie .

Les prairies fournissent un habitat à un grand nombre d’animaux et de plantes indigènes. Ces zones ont été presque entièrement anéanties dans d’autres pays d’Europe en raison du développement moderne ou de l’agriculture intensive.

En Roumanie, cependant, ils existent toujours en raison de la méthode traditionnelle (à faible impact) de l’agriculture et du pâturage saisonnier du bétail par les bergers.

Les deux méthodes maintiennent et enrichissent naturellement ces habitats, favorisant une repousse saine d’une végétation unique à haute biodiversité.

L’importance de ces prairies a été reconnue par l’Union européenne et le concept de terres agricoles à haute valeur naturelle a été créé pour inciter les agriculteurs à protéger ces zones et à les gérer en conséquence.

D’autres exemples de notre vie quotidienne sont les produits du commerce équitable.

Le chocolat et le café issus du commerce équitable des forêts tropicales encouragent la gestion durable des forêts tropicales d’où proviennent ces produits.

Le commerce équitable aide également les autochtones à conserver leurs modes de vie traditionnels d’une manière qui fonctionne en harmonie avec les écosystèmes locaux et incite à continuer à les protéger.

#3 L’agriculture crée des habitats

Les systèmes agricoles qui fonctionnent en harmonie avec la nature tels que l’ agriculture biologique , la permaculture ou l’agriculture biodynamique créent divers habitats naturels.

Par exemple, les habitats de prairies ouvertes sont importants pour des espèces comme la sauvagine, les amphibiens et les pollinisateurs.

Certaines espèces augmentent même en nombre en raison des activités agricoles. Une de ces espèces est le cerf de Virginie de l’Amérique du Nord (Odocoileus virginianus) , qui se débrouille très bien dans un habitat de champ agricole ouvert.

Cerf de Virginie dans un habitat de prairie

Le maintien des terres à des fins agricoles peut également empêcher que ces terres ne soient développées et urbanisées, dans des zones où les espèces indigènes ont du mal à trouver un habitat d’origine.

La FSA (Department of Agriculture Farm Service Agency) des États-Unis a créé sept programmes volontaires de conservation des terres à cette fin.

L’un d’eux, le programme de réserve de conservation, offre un paiement annuel aux agriculteurs pour ne pas cultiver des terres à haute valeur environnementale.

Le programme vise à protéger les espèces indigènes et à conserver les sols en retirant les terres de la production agricole.

#4 L’agriculture retarde la succession écologique

Certaines espèces ont besoin d’habitats de succession précoce, comme les prairies, pour prospérer.

Ces habitats sont très éphémères et peuvent être identifiés par des graminées, des plantes herbacées, des arbustes et des arbres à croissance vigoureuse mais qui nécessitent des perturbations pour être maintenus.

Les habitats de prairie ouverte, qui entrent dans cette catégorie, et les fleurs sauvages indigènes sont importants pour de nombreux pollinisateurs comme certains oiseaux et abeilles.

Sans terres agricoles, la succession peut devoir être délibérément retardée par des activités de gestion, comme le brûlage dirigé, pour aider les espèces de succession précoce à survivre.

Le brûlage intentionnel était l’une des principales façons dont les autochtones géraient le paysage en Amérique du Nord avant la colonisation européenne afin de subvenir à leurs propres activités agricoles et de chasse.

#5 L’agriculture stimule la fertilité des sols

L’une des principales caractéristiques de l’agriculture durable est l’accent mis sur la santé des sols.

Des pratiques telles que la rotation des cultures, la culture de couverture, le semis direct et l’application de compost, améliorent naturellement la fertilité du sol et peuvent même accélérer le processus de formation d’une nouvelle couche arable.

En plus de prévenir l’épuisement des sols, et donc de contribuer à assurer des rendements stables, ces pratiques augmentent la biodiversité de la faune et de la flore des sols favorables.

Les sols riches en matière organique et florissants de vie contiennent également de plus grandes concentrations d’ennemis naturels des ravageurs, favorisant ainsi la croissance de cultures plus résilientes.

Selon le Dr Elaine Ingham, une cuillère à café de sol sain peut contenir jusqu’à 1 milliard de bactéries utiles, tandis que la concentration dans les sols intensivement cultivés peut tomber à cent.

#6 L’agriculture séquestre le carbone

Comme pour toutes les autres plantes, les cultures en croissance – en particulier les systèmes de polyculture pérennes utilisés dans la permaculture et l’ agroforesterie – ajoutent de l’oxygène à l’atmosphère, car les plantes photosynthétisent et éliminent le dioxyde de carbone de l’atmosphère.

Plus le couvert végétal est riche, plus il utilise du dioxyde de carbone pour soutenir ses fonctions vitales.

Le carbone est également séquestré par les sols, qui ont une capacité de charge naturelle qui augmente lorsque les sols sont gérés avec un minimum de perturbations.

Par exemple, le Center for Climate and Energy Solutions déclare que les sols arables américains séquestrent actuellement 20 millions de tonnes métriques de carbone par an et que leur plein potentiel peut être jusqu’à 7 fois plus élevé, si certaines pratiques de conservation des sols étaient appliquées.

Fait intéressant, le carbone peut être réduit même par une ferme d’élevage.

Dans les systèmes de pâturage en rotation, les animaux aident à stocker le carbone dans le sol. Grâce au pâturage pendant une période de temps limitée dans une zone, la biodiversité des plantes indigènes augmente parce que les graminées ont le temps de repousser de manière égale sans qu’une espèce prenne le relais et ne devienne envahissante.

Le système de pâturage en rotation enrichit la biodiversité

Des pâturages plus riches et de meilleure qualité signifient plus de matière organique pénétrant dans les sols, ce qui rend les sols sains et augmente leur capacité à séquestrer le carbone de l’atmosphère.

#7 L’agriculture retient le sol et prévient l’érosion

La perte de sols est l’une des plus grandes menaces pour notre bien-être, et l’agriculture intensive avec des champs de monoculture est connue pour être l’un de ses principaux contributeurs . Les agriculteurs, cependant, ont la capacité d’inverser ces dégâts.

Dans les systèmes pérennes, la végétation aux racines profondes aide à maintenir le sol ensemble et à prévenir l’érosion. C’est particulièrement le cas lorsque les agriculteurs ont construit des rigoles et d’autres types de terrassements qui aident à stabiliser les pentes raides, ou lorsqu’ils appliquent des techniques à faible perturbation du sol telles que le semis direct.

#8 L’agriculture a un rôle dans le cycle de l’eau

Les plantes et les arbres des systèmes agricoles aident à retenir et à ajouter de l’eau aux aquifères souterrains. Ce processus est plus efficace lorsque les plantes cultivées sont des plantes vivaces qui continuent de pousser chaque année et qui ont des systèmes racinaires profonds et bien établis.

Une stratégie réussie qui a déjà été appliquée par nos ancêtres est de planter des arbres, des buissons et des herbes mélangés. En combinant des plantes de différentes tailles, les sols sont uniformément couverts et peuvent résister à des pluies torrentielles sans être emportés.

Cela améliore la structure du sol et permet l’infiltration des eaux de pluie.

Une fois que l’eau pénètre dans le sol, elle passe à travers différentes couches de sol tout le temps en éliminant les polluants jusqu’à ce qu’elle atteigne les réservoirs d’eau souterraine parfaitement propres et sans danger pour nous.

Des exemples de certaines plantes vivaces cultivées dans les fermes sont la luzerne, les arbres fruitiers, les oliviers, les baies et le raisin.

Ensemble, ils agissent comme un tampon important dans le paysage, empêchant les inondations, réduisant la pollution de l’eau par le ruissellement agricole et empêchant l’érosion, tout en nous fournissant des aliments nutritifs en même temps.

#9 L’agriculture peut conserver l’eau

Les méthodes agricoles modernes telles que le semis direct ou sans labour, l’agriculture sèche et la plantation de cultures de couverture réduisent considérablement le besoin d’irriguer. Selon des chercheurs de l’UC Davis, les cultures de couverture telles que le seigle dans les fermes biologiques sont capables de retenir 50% plus d’eau de pluie et de réduire le ruissellement de surface de 35%.

Plus la teneur en eau du sol est élevée, moins il faut d’irrigation pendant les périodes de sécheresse pour préserver les cultures, ce qui économise des quantités d’eau importantes sur le long terme.

Canal d'irrigation

Dans certaines formes d’agriculture, les eaux usées, les eaux usées et les boues correctement traitées peuvent être utilisées dans le paysage au lieu de les éliminer comme déchets.

Dans ces cas, une végétation judicieusement choisie agit comme un «filtre vivant» , éliminant les polluants, tout en utilisant l’eau pour la croissance. Cette méthode permet aux agriculteurs d’économiser de l’argent, de conserver l’eau et de recycler les nutriments.

#10 L’agriculture fournit de la nourriture à partir de sources limitées

L’agriculture urbaine à petite échelle peut aider à localiser la production alimentaire, en réduisant l’empreinte environnementale globale de nos systèmes alimentaires modernes. Les avantages comprennent une réduction des émissions de gaz à effet de serre, des exigences de transport minimales et une consommation d’énergie réduite pour la production alimentaire.

Alors que les avantages sont de plus en plus reconnus, la tendance de l’agriculture urbaine commence à devenir très populaire. En plus de relier les gens entre eux et avec la nature, les fermes urbaines fournissent de la nourriture à environ 700 millions de citadins. Et en utilisant au maximum les ressources disponibles, une superficie d’un mètre carré peut produire jusqu’à 20 kilogrammes de nourriture chaque année.

Ces arguments ne sont-ils pas parfaits pour expliquer à quel point l’agriculture peut être formidable si nous passons à des méthodes plus écologiques et revenons à une approche sans produits chimiques?

Il est de notre responsabilité collective d’éliminer les impacts négatifs de la production alimentaire et de nous concentrer sur l’équilibre entre la productivité de la terre et la préservation des habitats naturels.

Thomas

A propos de l'Auteur: Thomas

Je suis fils d'agriculteur et je continue de travailler dans l'exploitation agricole de mon père. Elle se transmet de génération en génération.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *